L’Athéisme nous interroge

L’Athéisme nous interroge Beauvoir, Camus, Gide, Sartre

Sous la plume de Gagnebin, l’athéisme apparaît comme une réalité complexe et résolument plurielle : celui d’un André Gide, d’un Albert Camus, d’un Jean-Paul Sartre Sartre, ou d’une Simone de Beauvoir, différents à plus d’un titre, déterminés qu’ils sont notamment par les origines religieuses dont ils sont l’émancipation.

Ce n’est ici pas d’abord le penseur chrétien qui, fort de ses convictions, interroge l’athéisme et le met en demeure de s’expliquer et de se justifier, mais le contraire. Inversion de taille qui signifie que la théologie se construit dans l’ouverture, par la confrontation et à travers le dialogue. Ce n’est pas une fois construite en système que la théologie s’expose à la critique, c’est en se confrontant à celle-ci qu’elle s’élabore, en demeurant ainsi en recherche, ouverte aux questions inédites et aux aspirations encore balbutiantes.

L’athéisme n’est pas seulement chez Gagnebin ce qui donne du grain à moudre à des théologiens en manque de stimulation, il est ce qui purifie la foi chrétienne elle-même. Et la confrontant à autre chose, l’athéisme relativise la foi dans ses énoncés dogmatiques et ses pratiques ; il la libère ainsi de l’esprit d’orthodoxie qui trop souvent l’étrangle. En l’appelant à plus de justesse doctrinale, l’athéisme sauve aussi la foi de l’obscurantisme qui l’étouffe. En dénonçant ses chimères et ses faux dieux, il la renvoie à l’Evangile lui-même, par-delà les institutions chrétiennes et ecclésiales.

Laurent Gagnebin nous offre dans ces ouvrages le récit d’une interrogation libre, sans faux-semblant, ni concession facile ; une mise en question radicale, stimulante et provocatrice, qui place chacun en demeure de s’expliquer sur ce qu’il pense, sur ce qu’il croit et ne croit pas. Non sans une juste fierté, Gagnebin rappelle que Simone de Beauvoir — après avoir rechigné à lire le manuscrit d’un jeune théologien analysant son œuvre— lui écrivit : «  On me lira mieux vous ayant lu.  »

 

PENDANT CES TEMPS DIFFICILES DE CONFINEMENT, NOUS AVONS LE PLAISIR DE VOUS OFFRIR LA LECTURE EN LIGNE DE CES QUATRE TEXTES que nous avons séparés alors que notre édition papier les regroupe dans un seul volume.

Chacun des textes séparés est suivi du texte de Raphaël Picon qui constite la préface de ce volume.

 

Simone de Beauvoir ou le refus de l’indifférence. (1968)

 

Albert Camus dans sa lumière. Essai sur l’évolution de sa pensée. (1963)

 

André Gide nous interroge. Essai critique sur sa pensée religieuse et morale. (1962)

 

Jean-Paul Sartre ou les Chemins du réalisme. (1972)

  • Date de parution : 7 novembre 2009
  • ISBN : 978-2-911087-70-7
  • 27,00 €
  • 14 x 22,5 cm
  • 412 pages
  • 560 g